Lettre à une amie d’Israël

Publié le

 

La destinataire de ce précédent billet, où je nommais son prénom, en a pris ombrage au point de faire, par La Croix, retirer mon texte. Celui-ci ne contenait pourtant rien que de sincère, et de respectueux à son égard. Je ne pense enfreindre aucune interdiction en le reproduisant, ainsi modifié.

J’aimerais, chère amie lointaine, partager un peu de tes pensées et de tes craintes, que j’imagine depuis le 7 octobre si fortes. Tu militais dans le mouvement « La paix maintenant », quel doit être aujourd’hui ton désespoir… Il n’y a pas d’issue pour les deux extrêmismes en présence, sinon toujours plus de guerre et de destructions, ils sont d’accord pour s’anéantir mutuellement, le beau programme quand on mesure ce que cela coûte à leurs populations respectives ! Je voudrais savoir de toi, par les contacts que tu maintiens avec les tiens, s’il existe dans ton pays un mouvement assez puissant pour s’opposer à Netanyahu, réclamer une trêve des bombardements, l’instauration de couloirs humanitaires…

Nous avions par nos études respectives quelques auteurs communs de prédilection, l’école de Palo Alto, Edgar Morin, René Girard ou François Jullien, que diraient-ils de la situation présente ? Qu’elle est le produit d’une épouvantable, d’une suicidaire symétrie. La vendetta remonte loin dans le temps, et elle semble inarrêtable, imprescriptible. Toutes les violences perpétrées chaque jour augmentent les raisons de l’augmenter ; du côté israëlien tout appel à la retenue n’est pas loin de passer pour de l’antisémitisme, de l’autre toute dénonciation des crimes du Hamas, inexcusables, inexpiables, relèvent de l’islamophobie… Quelle longue histoire ont ces griefs en miroir, comme ils viennent de loin !  Le degré de violence où les adversaires pataugent ranime d’un côté le traumatisme de la Shoah, de l’autre celui de la Naqba. Terrifiante régression, impasse totale.

Je n’ai pas beaucoup d’amis juifs en France ou dans le monde, encore moins d’amis arabes ou musulmans. J’aurais voulu parler de tout ceci avec Abdelwahab Meddeb, hélas si vite disparu, ou avec Antoine Spire, qui n’est pas ces jours-ci dans sa meilleure forme. Je songe à Leonard Cohen, disparu lui aussi mais que nous aimons tant, la littérature, la chanson peuvent-elles quelque chose pour nous en ces temps de détresse (« Warum dichter im durftiger Zeit ? » comme demande à peu près Hölderlin que tu connais bien). Que lis-tu qu’écoutes-tu ces jours-ci, à quoi accroches-tu tes raisons de vivre, ou d’espérer ?

J’ai souvent pensé depuis ce fatal 7 octobre que si beaucoup d’enfants d’Israël avaient ta culture, ton tempérament, nous n’en serions pas là. Et je ne peux m’empêcher d’employer ce nous, désormais interdit, tellement la situation nous embarque, nous solidarise. Que faire, à qui parler ? Comment (pour employer une expression chère à Watzlawick et à quelques thérapeutes) recadrer ou « sortir du carré » ?

11 réponses à “Lettre à une amie d’Israël”

  1. Avatar de Roxane
    Roxane

    Ah, cher randonneur revenant, comme on aimerait lire la réponse de votre amie !

    Dites-moi, le hasard fait-il bien les choses ? Le mois dernier, j’ai échangé quelques mots gentils avec une dame de l’Université de Tel-Aviv. Comme votre amie retrouvée, cette personne possède une grande culture; elle a travaillé sur les stéréotypes particulièrement, en Californie et ailleurs…

    Je vais lui envoyer copie de votre billet…On ne sait jamais, par ces temps mauvais, ça peut lui faire plaisir et lui apporter de France, une petite lumière dans la nuit.

    Ah, si seulement, elle pouvait vous répondre, nous répondre !

    Ce serait presque un miracle !

    En toute amitié

    Roxane

  2. Avatar de Gilles
    Gilles

    « Redressez les chemins  » et Rameaux de Noël
    . Des faucilles et des socs de charrues et un marteau de St-Joseph et du jeune charpentier Fils accomplissant la Volonté du Père en Ses Commandements . Bâton en signe à Achaz et Signe et Croix . « Marche avec nous , Marie , sur Son Chemin de Foi , sur nos chemins de Foi , au Chemin de l’ Annonce , aux chemins de l’ Annonce , et Son Chemin de Croix , et nos chemins de Croix , sur Son Chemin de Vie , et nos chemins de Vie , sur son Chemin de Paix , et nos chemins de Paix , de Sa Paix et Sa Vie , et des paix et des vies , Marche avec nous Marie , au Chemin de l’ Annonce , au Chemin d’ Espérance , Espérance en Partage et Hors-les-murs aussi , Marche avec nous Marie

  3. Avatar de Gilles
    Gilles

    Aidez nous . Cessez le feu

  4. Avatar de Julia
    Julia

    Cher randonneur, qu’il est loin le mouvement ´la paix maintenant’. Cette époque bénie ou la société israélienne se battait encore pour un état d’Israel intégré au Moyen-Orient et prêt à proposer une solution à deux états. Mais depuis, l’obscurantisme de Netanyahou, de ses ministres extrémistes et des colons fascistes a pris le dessus et imposé sa vision violente et expansionniste, entraînant avec lui toute la société israélienne dans un mensonge et un déni collectif et une descente progressive en enfer. Prions pour que Dieu redonne du courage à ces combattants de la Paix réduits au silence par les extrémistes.

    1. Avatar de Daniel Bougnoux

      Hélas chère Julia, qu’il est loin en effet ! Je ne crois guère en l’efficacité des prières à Dieu, je crois plutôt que c’est au nom de Dieu que le fanatique islamiste égorge sur le trottoir parisien un passant, au nom de Dieu que les colons de Cisjordanie massacrent et ratonnent les occupants de la Palestine (ou ce qu’il en reste)… La religion, « consolation de la créature affligée », n’aura-t-elle pas fait au fil des siècles plus de tort que de bien à l’humanité ? J’aimerais ajouter ici un billet sur le thème « Religion, antichambre de la Terreur ».

  5. Avatar de Kalmia
    Kalmia

    Bonsoir !

    En cette première semaine d’Avent, le propos de Monsieur Gilles est tout à fait respectable et celui de Madame Julia aussi.
    La réponse de Monsieur Bougnoux est judicieuse et entendue.
    Mais au delà des prières et des bons sentiments, il est une seule voix porteuse de vraie paix, un seul mot d’ordre, c’est celui d’un penseur iranien : « Seule guérit la blessure l’arme qui la fit  » On ne cesse pas le feu avec les sanguinaires, n’en déplaise à la « gogauche » de l’exécrable idéal petit-bourgeois français. (Nous trouvons le mot dans le « Journal idéoclaste », d’un autre blogueur, Monsieur Jean-Pierre Luminet)

    Quand Ruth (la journaliste) est ainsi méprisée, la France d’en bas, attachée au symbole, réagit…

    Elle en appelle à la victoire, celle d’un tout petit pays nommé Israël.

    Kalmia

  6. Avatar de Gilles
    Gilles

    Le « tout petit pays » , c’ est un Berceau et du Calvaire et Résurrection , un Royaume , et ce n’ est pas religion ni petit pays de ce monde , c’ est Espérance . La Foi ? Et le Partage ? Et l’ Annonce et de nos actes et chemins de nos pas aussi . « quand on voit ce qu’ on voit , quand on entend ce qu’ on entend » en citation tirée d’ une homélie de l’ huile de coude , , en contexte d’ urgence d’ humanité humanitaire , on fait ce qu’ on peut
    / « les aveugles voient , les sourds entendent » , ce n’ est pas un concept d’ un philosophe , l’ Espérance , ce n’ est pas un paradis artificiel ni secte ni shoot , c’ est aussi « redressez les chemins » par Isaïe et « le bon combat » par St-Paul . Espérance Hors-les-Murs et par St-Jacques ou St-Jean-Chrysostome , à chacun ce qu’ il peut , en actes et en actes aussi . « Cessez le feu »

  7. Avatar de JFR
    JFR

    Mon commentaire. Oui, votre amie d’Israël a disparu et nous aimons sa disparition. Comme cette volonté de disparition est belle et comme elle nous étreint. Votre amie – devenue notre amie – a compris que son ombre portée habite aujourd’hui nos âmes. « Cette brume insensée où s’agitent des ombres, comment pourrais-je l’éclaircir », écrit Raymond Queneau, cité par Georges Perec à la première page de W ou le souvenir d’enfance. Votre amie d’Israël incarne par son silence tous les disparus. « Pour e », « pour eux », comme l’écrit Perec. Le film SHTTL, le film d’Ady Walter, sans e, nous sort de ce silence. Il raconte une culture disparue. Tous parlent, aiment et se querellent en Yiddish. Nous voilà immergés tout entiers dans une culture disparue. Nous parlons avec eux cette langue où les mots allemands, hébreux, russes et ukrainiens parfois, sonnent à nos oreilles et nous émeuvent. 21 juin 1941, les hordes de barbares (Barbarossa) vont soudain détruire le village et tous ses habitants. Ceux que nous venions de voir et d’entendre dans le film pendant 90 minutes, ceux qui nous apprenaient leur langue et leurs soucis, nos amis, nos frères, vont être impitoyablement massacrés dans les derniers instants du film. Tout va disparaître, tout va devenir silence…. Impossible de ne pas penser au 7 octobre et au pogrom perpétré par le Hamas dans les kibboutz. Si l’on n’a pas vu SHTTL, on ne peut comprendre votre amie, on ne peut comprendre Israël…

    1. Avatar de Daniel Bougnoux

      Oui cher JFR, me voici tenu d’écrire sur ce film SHTTL que nous avons vu ensemble hier soir au MK2 Beaubourg et dont nous avons longuement parlé ensuite à la table du Cavalier bleu… Film en effet bouleversant par son économie même, et qui résonne avec tant d’autres disparitions…

  8. Avatar de Gilles
    Gilles

    On fait semblant , faire semblant comme exutoire , ou cloisons , ou coutumes du bonheur de fête sans mauvaise intention certes même de reniements , il faut bien se distraire et mais le faut il vraiment ? « Ils ont la tête dure et les coeurs endurcis » Isaïe . Cela vaut pour le conflit à l’ Est , et si l’ on parle de chrétiens d’ Orient du seul fait qu’ ils sont en Orient , cela vaut pour l’ Est et conflit à l’ Est , dans l’ étrange silence admettant ou catégorisant de silences les camps ou blocs qui s’ affrontent , quand , née il est vrai de l’ Orient, la chrétienté « là-bas » paraît en unité et vérité de Paix si faible du moins en visible jusqu’ à sembler négliger le soutien à une chrétienté qui n’ est pas inféodée aux pouvoirs belliqueux mais placée sous bâillons . « Ils ont la tête dure et les coeurs endurcis » par Isaïe et c’ est l’ Avent

  9. Avatar de Gilles
    Gilles

    Noël c’ est Espérance jour après jour et de nos actes aussi . Et ce n’ est pas variation ni que variation en E.T. ou le Petit Prince . Bien sûr en Innocence le père Noël est Innocence des regards d’ Innocence de tout enfant . Sainte Famille de l’ Innocence et l’ Enfance . De St-Jean « gardez des coeurs d’ enfants » . Et aussi de la seule colère du Christ renversant les tables au Temple et de marchands de colombes « ce que vous aurez fait aux plus petits  » . C’ est rude . Comme St-Jacques qui ose « malheur à vous » aux riches aux mains couvertes de sang comme Psaume du Lavabo . En quelque sorte un « oecuménisme » de l’ Enfance . Espérance et , quand on n’ y peut rien d’en bas regardant vers le bas , sans quelque huile de coude des pouvoirs , c’ est le même Regard de l’ Enfance rejoignant Espérance comme prière de Mardochée . Cessez le feu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce blog

  • Ce blog pour y consigner mes impressions de lecteur, de spectateur et de « citoyen concerné ». Souvent ému par des œuvres ou des auteurs qui passent inaperçus, ou que j’aurai plaisir à défendre ; assez souvent aussi indigné par le bruit médiatique entretenu autour d’œuvres médiocres, ou de baudruches que je…

    Lire la suite

À propos de l’auteur

  • Daniel Bougnoux, professeur émérite à l’Université Stendhal de Grenoble, est ancien élève de l’ENS et agrégé de philosophie. Il a enseigné la littérature, puis les sciences de la communication, disciplines dans lesquelles il a publié une douzaine d’ouvrages.

    Lire la suite

Les derniers commentaires

  1. J’approuve Daniel qui s’exprime , ici, moins en adversaire des opinions de J-L M. qu’en adversaire de sa façon de…

Articles des plus populaires